Les portraits d'Artémis : Anne Lanci


Les portraits d'Artémis : Anne Lanci
"... Capter la durée, assurer la pérennité, constituent là une des ambitions dévolues à la pratique des arts… Renversement des valeurs, le fragile, le fugace, s’installent alors dans l’avenir. Phénomène qu’utilise Anne Lanci lorsque quand elle récuse dans ses travaux cette illusion de la permanence de la matière au profits de mediums tels que le stuc, la paraffine ou le medium de l’image photographique décliné par l’écran sérigraphique. Image avouée multiple par son mode de fabrication et pourtant singulière en tant que porteuse de sens dans la masse des objets iconiques qui nous assaille, certaines figurations bénéficient du statut d’archétypes, soit que leur singularité leur confère une sorte d’exemplarité dans l’évocation de notre devenir, soit qu’elles expriment dans leur apparente la banalité le lieu- commun d’une époque. Les histoires privées constituent ce qu’il est convenu de nommer « L’HISTOIRE », en l’occurrence, l’association de supports redevables de techniques de diffusion courantes et de mythologies ponctuelles compose l’archéologie du moment. Celle-ci cependant n’aurait d’autre valeur que documentaire, voire circonstancielle, si elle ne procédait d’une logique plastique fédérant l’ensemble et dont l’artiste en assure l’alchimie consciemment ou par le bais de l’intuition ou du désir :« car le désir est d’essence archéologique comme l’archéologie est l’essence du désir.
La démémorisation passe par l’archaïsme de la conscience » (in. Jean Clair, Catalogue « Pour Mémoire » Musée d’Art Moderne de Paris.)
Elire ces figurations, les faire monter à la surface de l’œuvre, en favoriser le glissement du particulier à l’universalité fait partie du travail de fouille puis de résurrection que propose Anne Lanci… »
(Pierre-Noêl Drain, Directeur de l’Ecole Nat. Sup. D’Art de Dijon In Catalogue « Légende » Musée Archéologique de Dijon)"

Commentaires